Connect with us

Sports

Infos: Football : Pelé adolescent, aux prémices du mythe

Pelé, 17 ans, pleure sur l'épaule du gardien Gylmar Dos Santos Neves après la victoire 5-2 du Brésil sur la Suède en finale de la Coupe du monde à Stockholm, 29 juin 1958   –   Copyright © africanews AP/1958 AP By Rédaction Africanews avec AFP Dernière MAJ: Il y a 4 heures Brésil Ce 8 août

Published

on

Infos: Football : Pelé adolescent, aux prémices du mythe
Pelé, 17 ans, pleure sur l'épaule du gardien Gylmar Dos Santos Neves après la victoire 5-2 du Brésil sur la Suède en finale de la Coupe du monde à Stockholm, 29 juin 1958   –  

Copyright © africanews

AP/1958 AP

Brésil

Ce 8 août 1956, un gamin timide et malingre de 15 ans débarque à Santos ; moins de deux ans plus tard, Pelé offre au Brésil sa première Coupe du monde et se couronne « Roi ». Le mythe s'éveille à l'adolescence.

Tout commence à 500 km de cette cité portuaire, à Bauru. C'est là, dans cette ville de l'intérieur de l'Etat de Sao Paulo, que grandit Edson Arantes do Nascimento, né le 23 octobre 1940 à Três Corações, dans l'Etat voisin du Minas Gerais.

Dona Celeste l'élève avec Dondinho, joueur pro à la carrière brisée par une blessure au genou. La légende raconte, c'est-à-dire le « Roi » lui-même, que c'est en voyant pleurer son père le jour du « Maracanazo », lorsque l'Uruguay décroche le Mondial 1950 en battant le Brésil (2-1) à Rio, que le petit « Dico », pour le consoler, lui promet de remporter la Coupe du Monde

En attendant, il façonne et cisèle sa technique au sein de clubs plus ou moins informels lors de « peladas », ces matches sur terrain vague ou dans la rue où s'enracinent la joie du jeu et l'art du « futebol ».

Pelé resplendit, à l'extrême : pour son premier match avec l'équipe de Radiun, il inscrit un octuplé qui fait frémir la Ligue de football amateur de la ville. Comme le raconte le journaliste Luiz Carlos Cordeiro dans son livre « Pelé de Bauru » (1997), elle lui interdit carrément de dépasser la ligne médiane, pour ne pas tuer le tournoi !

Le Bauru AC (BAC), le grand club de la ville, intègre naturellement le prodige dans son équipe juvénile, le « Baquinho », qui avec son buteur compulsif survole ses compétitions pendant plusieurs années. Le préadolescent apparaît dans les journaux locaux.

Premier match, premier but

L'entraîneur du BAC, Waldemar de Brito, ex-pro qui a participé au Mondial 1934, croit en ce buteur et dribbleur véloce à la technique hors du commun, au point d'amener Santos à faire signer un contrat professionnel à ce garçon chétif de 15 ans.

La mère hésite. Pour convaincre Dona Celeste, on lui « ment » délibérément en parlant de stage d'entraînement, comme l'a déclaré Maria Lucia, la sœur du « Roi », à l'inauguration du Musée Pelé en juin 2014.

Réservé, sérieux, surdoué mais travailleur, le jeune attaquant fait ses débuts en équipe première le 7 septembre 1956 contre Corinthians Santo André (7-1) en amical, un mois tout juste après son arrivée. Il entre en seconde période et marque un but, comme toujours. Comme un symbole, c'est le jour de l'indépendance du Brésil.

Il s'aguerrit avec classe dans l'équipe juniors, quand survient un drame : il rate un penalty dans le match décisif d'une compétition que son équipe finit du coup à la deuxième place. Moral à zéro.

Il écrit à ses parents, selon la biographie « Le Roi Pelé » d'Alain Fontan qui narre ces étapes : « Je sais maintenant que je ne pourrai jamais être un grand footballeur. Je ne suis pas né pour faire cette carrière, la démonstration vient d'en être faite ».

Il s'accroche et rejoint définitivement l'équipe professionnelle en janvier 1957. Mais le novice aligne neuf apparitions consécutives sans marquer, sa pire série en 18 années de carrière à Santos ! Ses quatre premiers mois sont rudes, avec 6 buts seulement en 21 rencontres. Le jeune Pelé est dans le doute, dans le dur.

15 mai 1957

Arrive le 15 mai 1957 : Pelé fait irruption dans l'actualité et se libère pour de bon. Au stade Morumbi de Sao Paulo, Santos bat son vieux rival de Palmeiras 3-0, avec deux buts de l'adolescent. Le premier est sensationnel, une frappe croisée excentrée, devant lequel la presse pauliste se pâme. Pelé est un nom qui imprime.

Un mois après ce premier séisme dans la mégapole, c'est la réplique à Rio. Au sein d'une équipe combinée, Pelé bat Belenenses (6-1) au Maracana avec un nouveau doublé tonitruant. La presse carioca s'émerveille. Silvio Pirillo, l'œil de la Seleção, le repère alors en vue du Mondial de l'année suivante.

Et tout va très vite : dès le 7 juillet, Pelé décroche sa première cape, au Maracana. L'Argentine remporte ce match amical (2-1) mais le jeune remplaçant a égalisé à 1-1. Trois jours plus tard pour la revanche, titularisé pour la première fois, il marque encore (2-0 pour le Brésil). L'histoire du futur et unique triple champion du monde est en marche.

La fin de cette année 1957 confirme l'émergence du phénomène : Pelé termine meilleur buteur du Championnat pauliste. Comme il s'en souvient sur le site de Santos, « dès mon premier championnat, j'ai marqué 36 buts (en 29 matches, préliminaires compris); pour un gamin de 16 puis 17 ans, c'était un grand fait d'armes ». Ou l'une des dernières marches vers le trône à la Coupe du Monde.

Voir plus

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

Infos: Kenya : l’athlète Georgina Rono suspendue pour dopage

La coureuse d'élite Georgina Rono du Kenya participe au marathon de Boston à Wellesley, Massachusetts, le 16 avril 2012.   –   Copyright © africanews AP Photo By Rédaction Africanews avec AFP Dernière MAJ: Il y a 13 heures Kenya La coureuse kényane Georgina Rono été suspendue pour quatre ans mardi après avoir été testé positive lors

Published

on

Infos: Kenya : l’athlète Georgina Rono suspendue pour dopage
La coureuse d'élite Georgina Rono du Kenya participe au marathon de Boston à Wellesley, Massachusetts, le 16 avril 2012.   –  

Copyright © africanews

AP Photo

Kenya

La coureuse kényane Georgina Rono été suspendue pour quatre ans mardi après avoir été testé positive lors d’un contrôle antidopage.

L’athlète qui a terminé troisième du marathon de Boston en 2012 et qui est également montée sur le podium aux marathons d'Eindhoven et de Francfort, a été bannie jusqu'au 25 janvier 2027. Tous ses résultats depuis le 27 mai ont été retirés de son palmarès à la suite d’une décision prise par l'Agence antidopage du Kenya.

Les autorités kényanes sont aux prises avec une crise du dopage, plus de 50 athlètes du pays d'Afrique de l'Est étant actuellement suspendus.

L'ampleur de la crise a fait craindre une interdiction totale de la fédération kényane d'athlétisme à la fin de l'année dernière, mais l'instance dirigeante de l'athlétisme n'a pas retenu cette sanction jugée trop stricte.

En contrepartie, le gouvernement kényan a garantie de consacrer davantage de fonds à sa lutte contre le dopage.

Le Kenya est le deuxième pays à avoir remporter le plus grand nombre de médailles olympiques derrière les États-Unis depuis les années 2000, des titres qui pourraient être remis en cause.

Voir plus

Continue Reading

Sports

Infos: Football : Boufal de retour au Qatar

Sofiane Boufal après le quart de finale de la Coupe du Monde entre le Maroc et le Portugal, au stade Al Thumama à Doha, Qatar, le 10 décembre 2022   –   Copyright © africanews Martin Meissner/Copyright 2022 The AP. All rights reserved By Rédaction Africanews avec AFP Dernière MAJ: Il y a 3 heures France Angers

Published

on

Infos: Football : Boufal de retour au Qatar
Sofiane Boufal après le quart de finale de la Coupe du Monde entre le Maroc et le Portugal, au stade Al Thumama à Doha, Qatar, le 10 décembre 2022   –  

Copyright © africanews

Martin Meissner/Copyright 2022 The AP. All rights reserved

France

Angers SCO a annoncé lundi soir « un accord de principe » avec le club qatari d'Al-Rayyan pour un transfert de l'international marocain Sofiane Boufal, très en vue au Mondial 2022.

« Le joueur est autorisé à se rendre ce mardi au Qatar pour passer la visite médicale », a précisé Angers dans un court message sur les réseaux sociaux. Parallèlement, Angers a annoncé « un accord » avec Metz pour un prêt avec option d'achat de l'attaquant Ibrahima Niane, qui doit également passer sa visite médicale.

Après le transfert d'Azzedine Ounahi à Marseille ces derniers jours, un départ de Boufal était aussi attendu : les deux demi-finalistes du Mondial ne sont apparus que de manière très épisodiques à Angers depuis leur retour du Qatar.

A 29 ans, Boufal était sous contrat jusqu'en 2024 mais il avait retiré toute mention du club sur ses réseaux sociaux, même s'il a pris le temps début janvier d'aller saluer les habitants du quartier où il a grandi à Angers.

Entré au SCO à l'âge de 10 ans, il y a fait ses débuts pro neuf ans plus tard. Il a ensuite brillé à Lille (2015-2016) avant de rater son aventure en Angleterre et de revenir se relancer à Angers en 2020.

Si le physique a souvent eu du mal à suivre, ses qualités techniques lui ont permis de se rappeler aux bons souvenirs de la sélection marocaine où, grâce à un jeu épuré et une plus grande discipline tactique, il a enfin gagné ses galons de titulaire à partir de la CAN il y a un an.

En début de saison, il avait été l'un des rares Angevins à se montrer au niveau, même de manière irrégulière. Désormais, le SCO, qui reste sur une série record de 12 défaites, est lanterne rouge, à 10 points du premier non-relégable.

Al-Rayyan n'est pas beaucoup mieux loti : le club est actuellement 10e et barragiste virtuel dans le championnat qatari.

Voir plus

Continue Reading

Sports

Infos: Tour du Gabon : 4 Africains dans le top 5

Des cyclistes sprintent vers la ligne d'arrivée lors de la 16e édition de la Tropicale Amissa Bongo à Libreville, le 29 janvier 2023   –   Copyright © africanews STEEVE JORDAN/AFP or licensors By Rédaction Africanews avec AFP Dernière MAJ: Il y a 18 heures Gabon Le Français Geoffrey Soupe (TotalEnergie) a remporté la 16e édition de

Published

on

Infos: Tour du Gabon : 4 Africains dans le top 5
Des cyclistes sprintent vers la ligne d'arrivée lors de la 16e édition de la Tropicale Amissa Bongo à Libreville, le 29 janvier 2023   –  

Copyright © africanews

STEEVE JORDAN/AFP or licensors

Gabon

Le Français Geoffrey Soupe (TotalEnergie) a remporté la 16e édition de la Tropicale Amissa Bongo au Gabon, l'une des plus importantes courses cyclistes du continent africain, devant l'Algérien Hamza Amari et le Mauricien Christopher Rougier-Lagane, à l'issue de la 7e et dernière étape, dimanche.

Soupe, 34 ans, avait remporté la première étape mais avait abandonné son maillot jaune de leader au bout deux jours avant de le reprendre samedi, la veille de l’arrivée finale.

C’est la première fois qu’on retrouve quatre coureurs africains dans le top 5 final de la course gabonaise avec Amari (2e), Rougier-Lagane (3e) et les Érythréens Natnael Berhane (4e) et Dawit Yemane (5e).

La 7e et dernière étape s'est achevée à Libreville, la capitale du Gabon, sur un sprint remporté par le Danois Alexander Salby (Bingoal-WB), devant l’Érythréen Henok Mulueberhane et le Russe Sergei Rostovtsev.

La Tropicale Amissa Bongo, qui compte pour le circuit UCI Africa Tour, s'est déroulée dans cinq des neuf provinces du Gabon, petit pays d'Afrique centrale recouvert à 90% d'une dense forêt tropicale. Les coureurs auront parcouru au total 903,2 kms, dans un climat très chaud et très humide.

La course met en compétition des équipes professionnelles internationales ainsi que dix sélections nationales du continent africain.

Classement final de la 16e édition de la Tropicale Amissa Bongo :

1. Geoffrey Soupe (FRA/TotalEnergie) en 20h18:16.

2. Hamza Amari (ALG/équipe nationale d’Algérie) 20h18:45.
3. Christopher Rougier-Lagane (MAU/équipe nationale de Maurice) 20h18:50.
4. Natnael Berhane (ERI/Beykoz Team-Turkey) 20h18:52.
5. Dawit Yemane (ERI/équipe nationale d’Erythrée) 20h18:54.

Voir plus

Continue Reading

Trending

0:00
0:00