Connect with us

FRANCE :: SOCIETE

Infos: Actualités France :: Amougou Belinga déféré La victoire des pauvres sur les riches. Par l’écrivain Calvin Djouari :: France news

Après plusieurs mois d’enquête et d’hésitations, le « Docteur »Amougou Belinga a été  placé sous mandat de dépôt, dit-on pour complicité d’assassinat en compagnie de certains membres du commando impliqués dans cette affaire. Personnellement, je n’en reviens pas. Je sais d’expérience pour avoir étudié la criminologie, qu’à quelques rares exceptions près, que certains hommes au cours de leur vie peuvent être

Published

on

Infos: Actualités France :: Amougou Belinga déféré     La victoire des pauvres sur les riches.  Par l’écrivain Calvin Djouari :: France news

Après plusieurs mois d’enquête et d’hésitations, le « Docteur »Amougou Belinga a été  placé sous mandat de dépôt, dit-on pour complicité d’assassinat en compagnie de certains membres du commando impliqués dans cette affaire. Personnellement, je n’en reviens pas. Je sais d’expérience pour avoir étudié la criminologie, qu’à quelques rares exceptions près, que certains hommes au cours de leur vie peuvent être amenés à tuer, mais une seule fois, en cas de légitime défense, c’est-à-dire que l’homme en quelques circonstances que ce soit, est appelé à neutraliser son adversaire qui fait une attaque illégitime. L’attaque étant la négation du droit ; et la défense, la négation de cette négation ; parce que l’homme poussé par son instinct de conservation doit commettre un crime légitime pour repousser une agression. Ici, je suis dépassé. Parce qu’il s’agit à première vue, d’un crime stupide, fait par snobisme. Était-ce une affirmation de soi ? On se pose la question. Si c’est vraiment cet homme qui est arrivé à ce point, il est alors comme disait Crépin Nyamsi, le criminel le plus idiot de la planète. Ou alors s’il ne l’est pas, c’est peut-être parce qu’il croyait que rien ne lui arriverait à cause de ses ailes de grandeurs. Vidéo de son arrivé à Kondegui https://o-trim.co/kiz

Il est une chose à noter dans cette procédure, je me rends compte, avec une foule d’éléments assez inquiétants, qu’il existe déjà en Afrique une race de criminel qu’on trouvait autrefois dans les grands pays comme les États-Unis, le Canada ou l’Australie. Ceux qu’on appelle les psychopathes, les barbares, les dépravés et tortionnaires ; ces hommes qui ont besoin de tuer en série pour être à l’aise dans la journée et qui utilisent presque toujours le même scénario, les mêmes outils et les mêmes armes.

Pour arrêter ce genre de criminels, cela nécessite une longue et patiente enquête de la part de la police, de la gendarmerie, appelée à constituer un puzzle irrécusable, à partir d’indices tangibles. Ce qui jusqu’à présent n’a pas été élucidé de façon claire.

Amougou Belinga déféré pour complicité, c’est tout ce qu’on sait pour l’instant, pourtant les faits dans cette affaire sont terrifiants, un coup de poignard dans le dos des Camerounais. Il va de soi que Jp Remy NGONO et Guy Zogo entrent dans l’histoire du journalisme camerounais comme des hommes ayant rendu – d’une manière ou d’une autre –   service à leur pays. Ils ont montré une véritable leçon d’investigation devant une cours d’art dramatique. Il devient évident qu’ils doivent se concentrer sur la suite. Car il y a encore du chemin dans cette affaire. Vidéo résumé de Guy Zogo https://o-trim.co/jux

Si Remy n’avait eu le courage de dénoncer, on serait tombé dans cette habitude qu’ont les institutions à camoufler les crimes odieux. On observe dans notre pays l’émergence des Apaches, où vivent des fripouilles commanditaires, conspirateurs et qui assouvissent comme ils veulent leurs désirs tant souhaités. La déliquescence totale de la belle nation camerounaise est visible de loin. Rien ne pouvait justifier de laisser passer un tel crime que je qualifierai d’infrahumaine. Ce serait une fois de plus la déchéance de notre beau visage si aimé dans le monde. Complicité ou pas complicité, ce monsieur a été déféré. C’est le plus important. Il aura pris un grand coup dans sa vie ; condamné ou pas condamné, il portera sur son dos comme une carapace, l’image déshonorant d’un homme qui est descendu du piédestal comme un vulgaire délinquant. Le modèle lugubre de ces hommes puissants, riches de combinaisons ténébreuses, qui masquent leur vrai visage. Nous sommes dans la plus sordide histoire en ce début d’année ; une monstrueuse cagoule qui dénote l’état de pourrissement de nos consciences enrôlées dans des putréfactions nauséeuses.

Je retiens une chose, ce crime a révélé à plusieurs niveaux des hommes insignifiants dans notre société. Des paltoquets, misérabilistes qui soutiennent des criminels pour espérer des assistances ponctuelles. La maladie des Camerounais. L’argent. Toujours indignes devant l’argent. Il faut remercier le président Paul Biya de s’être mis aux côtés des plus pauvres pour cette fois. Ce crime est l’émanation de cette bête féroce et populeuse qui gangrène notre pays. Ce pays doit être nettoyé, il y a toujours des hommes à visage multiple, qui agissent en bandes organisées et qui sont dans toute sorte de blanchiment. L’incarcération d’Amougou Belinga est la victoire des pauvres sur les riches. Ainsi soit-il.

Je suis conscient de l’émotion qui étreint les Camerounais, c’est compréhensible, parce que le peuple a l’impression qu’une partie de son âme se brûlait.

L’écriture s’est toujours imposée à moi chaque fois qu’il fallait relater les faits de mon pays. Il y a des situations où on ne peut plus se taire comme des lâches qui ont peur de leur petite position. Aucun écrivain, aucun artiste ne doit rester silencieux face aux souffrances des hommes. Garder silence, c’est se rendre complice de l’inacceptable. Il y a des voix qu’on entend régulièrement dans les télés et radios qui ont été incapables de s’élever pour dénoncer ce crime crapuleux. Certains ont même voulu l’étouffer. De toute façon, on attend ce qu’il adviendra de la justice militaire dans l’affaire Amougou Belinga, sur le prisonnier riche qu’il est devenu et qu’il sortirait peut-être un jour, aussi fou qu’il était né.

FRANCE :: SOCIETE

Infos: Actualités France :: Tribunal De Paris : Sogea Satom réclame 20 milliards au Cameroun :: France news

C’est la substance de la décision du tribunal de Paris qui condamne l’Etat du Cameroun. Il y aussi la marche contre le délestage, les inondations, et le G 25. Il s’agit du litige sur la construction du 2 e Pont sur le Wouri et la route Bamenda-Babadjou qui oppose l’Etat du Cameroun et l’entreprise Française

Published

on

Infos: Actualités France :: Tribunal De Paris : Sogea Satom réclame 20 milliards au Cameroun :: France news

C’est la substance de la décision du tribunal de Paris qui condamne l’Etat du Cameroun. Il y aussi la marche contre le délestage, les inondations, et le G 25.

Il s’agit du litige sur la construction du 2 e Pont sur le Wouri et la route Bamenda-Babadjou qui oppose l’Etat du Cameroun et l’entreprise Française des grands travaux. Selon le journal EcoMatin, « Sogea Saton réclame 20 milliards au Cameroun au tribunal de Paris ». Au cours d’un échange en vidéoconférence tenu le 20 mars entre le ministre des Travaux publics (Mintp), Emmanuel Nganou Djoumessi, et Vincent Grandeau, nouveau Directeur de l’agence Sogea Satom Cameroun, il a été révélé que cette filiale du français Sogea, a trainé l’Etat du Cameroun devant la Justice française et réclame au moins, 20,5 milliards Fcfa.

Ceci dans le cadre de la réalisation des travaux du 2e pont sur le Wouri (2013- 2017), dans la capitale économique du Cameroun, le projet de construction de la route Babadjou-Babadjou. Selon l’entreprise, cette enveloppe représente les pertes subies lors des travaux, suite à l’attaque de ses équipements par les militants séparatistes, qui réclament l’indépendance des deux régions anglophones du pays (Nord-Ouest et Sud-Ouest). Mais, le ministre Nganou Djoumessi a confié dans une interview publiée dans le journal Cameroon Tribune en juin 2022 qu’après examen, une somme de 1,5 milliards Fcfa a été servie à cette entreprise du Btp, qui continue de contester l’enveloppe à ce jour.

Au sujet des Délestages, le ministre « Eloundou Essomba accuse Eneo de non-respect de ses obligations contractuelles ». La marche contre les délestages organisés par Cabral Libii n’a certes pas connu le succès escompté en termes de mobilisation. Mais, la préoccupation du leader du PCRN est également partagée au sein du gouvernement, précisément par Gaston Eloundou. Essomba qui a trouvé en Eneo le coupable idéal. Pour le Minee et ses services, la filiale détenue à 51% par le fonds britannique Actifs est en grande partie comptable de cet état de choses, pour avoir été défaillante par rapport à ses obligations contractuelles.

Le quotidien Le Jour revient sur les « 250 familles sans abri après les inondations à Buea ». 72 heures après les crues suite à des pluies diluviennes au sommet du Mont Cameroun, les démolitions se poursuivent. La catastrophe a tué deux personnes et causé de nombreux dégâts matériels qui se chiffrent en centaines de millions Fcfa.

Cependant que le quotidien Cameroon Tribune reprend pour annoncer « Le gouvernement aux côtés des victimes ». Sur instructions du président de la République, le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, a effectué une visite sur le terrain hier pour apporter du réconfort aux familles victimes des fortes pluies survenues la semaine dernière. Le bilan affiche jusqu’ici deux morts, plusieurs blessés pris en charge notamment à l’Hôpital régional de Buea et d’importants dégâts matériels.

Sur le plan politique, Première Heure parle du G25 comme « La pieuvre et ses tentacules ». La pieuvre pris dans notre contexte est cette organisation tentaculaire qui a développé ces dernières années, un projet d’accaparement du pouvoir, soit par coup de force donc une voie extra constitutionnelle, soit par fédération de toutes les forces politiques, militaires et médiatiques en présence. Ayant à sa tête celui que le peuple désigne dorénavant comme l’homme à la punk, elle tue et ne badine pas. La pieuvre recrute partout et écrase tout sur son passage.

Continue Reading

FRANCE :: SOCIETE

Infos: Actualités France :: Tribunal De Paris : Sogea Satom réclame 20 milliards au Cameroun :: France news

C’est la substance de la décision du tribunal de Paris qui condamne l’Etat du Cameroun. Il y aussi la marche contre le délestage, les inondations, et le G 25. Il s’agit du litige sur la construction du 2 e Pont sur le Wouri et la route Bamenda-Babadjou qui oppose l’Etat du Cameroun et l’entreprise Française

Published

on

Infos: Actualités France :: Tribunal De Paris : Sogea Satom réclame 20 milliards au Cameroun :: France news

C’est la substance de la décision du tribunal de Paris qui condamne l’Etat du Cameroun. Il y aussi la marche contre le délestage, les inondations, et le G 25.

Il s’agit du litige sur la construction du 2 e Pont sur le Wouri et la route Bamenda-Babadjou qui oppose l’Etat du Cameroun et l’entreprise Française des grands travaux. Selon le journal EcoMatin, « Sogea Saton réclame 20 milliards au Cameroun au tribunal de Paris ». Au cours d’un échange en vidéoconférence tenu le 20 mars entre le ministre des Travaux publics (Mintp), Emmanuel Nganou Djoumessi, et Vincent Grandeau, nouveau Directeur de l’agence Sogea Satom Cameroun, il a été révélé que cette filiale du français Sogea, a trainé l’Etat du Cameroun devant la Justice française et réclame au moins, 20,5 milliards Fcfa.

Ceci dans le cadre de la réalisation des travaux du 2e pont sur le Wouri (2013- 2017), dans la capitale économique du Cameroun, le projet de construction de la route Babadjou-Babadjou. Selon l’entreprise, cette enveloppe représente les pertes subies lors des travaux, suite à l’attaque de ses équipements par les militants séparatistes, qui réclament l’indépendance des deux régions anglophones du pays (Nord-Ouest et Sud-Ouest). Mais, le ministre Nganou Djoumessi a confié dans une interview publiée dans le journal Cameroon Tribune en juin 2022 qu’après examen, une somme de 1,5 milliards Fcfa a été servie à cette entreprise du Btp, qui continue de contester l’enveloppe à ce jour.

Au sujet des Délestages, le ministre « Eloundou Essomba accuse Eneo de non-respect de ses obligations contractuelles ». La marche contre les délestages organisés par Cabral Libii n’a certes pas connu le succès escompté en termes de mobilisation. Mais, la préoccupation du leader du PCRN est également partagée au sein du gouvernement, précisément par Gaston Eloundou. Essomba qui a trouvé en Eneo le coupable idéal. Pour le Minee et ses services, la filiale détenue à 51% par le fonds britannique Actifs est en grande partie comptable de cet état de choses, pour avoir été défaillante par rapport à ses obligations contractuelles.

Le quotidien Le Jour revient sur les « 250 familles sans abri après les inondations à Buea ». 72 heures après les crues suite à des pluies diluviennes au sommet du Mont Cameroun, les démolitions se poursuivent. La catastrophe a tué deux personnes et causé de nombreux dégâts matériels qui se chiffrent en centaines de millions Fcfa.

Cependant que le quotidien Cameroon Tribune reprend pour annoncer « Le gouvernement aux côtés des victimes ». Sur instructions du président de la République, le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, a effectué une visite sur le terrain hier pour apporter du réconfort aux familles victimes des fortes pluies survenues la semaine dernière. Le bilan affiche jusqu’ici deux morts, plusieurs blessés pris en charge notamment à l’Hôpital régional de Buea et d’importants dégâts matériels.

Sur le plan politique, Première Heure parle du G25 comme « La pieuvre et ses tentacules ». La pieuvre pris dans notre contexte est cette organisation tentaculaire qui a développé ces dernières années, un projet d’accaparement du pouvoir, soit par coup de force donc une voie extra constitutionnelle, soit par fédération de toutes les forces politiques, militaires et médiatiques en présence. Ayant à sa tête celui que le peuple désigne dorénavant comme l’homme à la punk, elle tue et ne badine pas. La pieuvre recrute partout et écrase tout sur son passage.

Continue Reading

FRANCE :: SOCIETE

Infos: Actualités France :: L’Ecrivaine Jeanne Louise Djanga parle des empoisonnements au Cameroun :: France news

L’Ecrivaine Jeanne Louise Djanga parle des empoisonnements au Cameroun interview réalisée par Calvin Djouari Nous recevons ce jour Jeanne Louise Djanga. Elle a commencé sa carrière comme enseignante chorégraphe à Montpellier, Dijon et Paris, Manager des unités commerciales avant de se consacrer à l’univers de l’écriture. En 2007, elle a publié son premier livre intitulé AU

Published

on

Infos: Actualités France :: L’Ecrivaine Jeanne Louise Djanga parle des empoisonnements au Cameroun :: France news
L’Ecrivaine Jeanne Louise Djanga parle des empoisonnements au Cameroun
interview réalisée par Calvin Djouari

Nous recevons ce jour Jeanne Louise Djanga. Elle a commencé sa carrière comme enseignante chorégraphe à Montpellier, Dijon et Paris, Manager des unités commerciales avant de se consacrer à l’univers de l’écriture. En 2007, elle a publié son premier livre intitulé AU FIL DU WOURI. 6 autres livres suivront : « LE GÂTEAU AU FOUFOU, ECLATS DE VERS DE VOIX DE RIRES, CONFIDENCES ÉCARLATES, FANTASIA, RÊVER DE VIVRE, avant d’écrire son nouvel opus LE CADENAS aux éditions AfricAvenir. Elle se consacre également au social en créant le centre culturel Djlo à Bangué Douala 5èmeoù elle organise régulièrement des journées littéraires. Nous l’avons invitée aujourd’hui à se prononcer sur le phénomène des empoisonnements au Cameroun, ses réflexions sont émouvantes et méritent d’être lues par tous les camerounais.

 

 Nous sommes heureux de vous retrouver ce jour du côté du Cameroun, c’est l’hiver en France à présent, laissez-nous vous demander comme autrefois la cigale demanda à la fourmi : que faisiez-vous au temps chaud ?

 

Au temps chaud, à la belle saison « Je ne chantais pas », contrairement à l’autre… je travaillais ! « Je ne dansais pas non plus » par mauvais temps sinon uniquement avec les mots. Mon métier de chorégraphe se joue dans ces mots qui nourrissent ma vie aujourd’hui et depuis mon enfance. Par tous les temps, je reste vigilante aux mutations de ce monde ; j’ausculte, je scrute les soubresauts intergénérationnels et je dois dire que je reste un peu sur ma faim. Quel monde allons-nous laisser à nos petits-enfants ? 

Je suis aussi une femme politique, ce qui n’est pas antinomique à l’écriture.

 

   Je suis au Cameroun pour la rentrée littéraire de AfricAvenir International à Bonabéri avec le prince Kum’a Ndumbe III qui a eu un projet gargantuesque. C’est une première pour un éditeur de réunir autant de femmes pour un festival littéraire. J’ai présenté mon nouveau récit qui pose les problématiques sociales, économiques et relationnelles de la Diaspora. C’était du 1er au 9 mars 2023. Nous avons édifié le public sur diverses problématiques sociétales et nos partenaires, la communauté Urbaine de Douala et L’Université de Douala ont rehaussé l’éclat de cet événement par leur accompagnement au quotidien. Les étudiants ont été très attentifs.

Je vais ensuite enchaîner avec un safari littéraire dans la villa de Kribi et plus précisément à Grand Batanga. Il s’agit d’impulser le goût de la lecture aux enfants car tout se joue à ce moment du développement et de la structuration de leur cerveau. 

 

On vous voit toujours à l’œuvre dans le social, dans l’écriture, est ce que vous pouvez déjà faire un bilan de votre carrière ?

 

   Pour moi, faire un bilan signifierait que je vais bientôt prendre ma retraite ! Heureusement que je ne suis pas fonctionnaire avec un supérieur hiérarchique ou un subalterne qui n’hésiterait pas à me narguer en me le rappelant ! 

   Je suis dans le social avec mes « SAFARIS LITTÉRAIRES  » à travers le Cameroun rural pour impulser la lecture, dans ces zones qui manquent cruellement de structures culturelles.

Quant à l’écriture que je considère comme une thérapie, c’est ma boussole, mon exutoire pour continuer à vivre en harmonie avec mon moi intérieur mais aussi avec les autres.

La carrière d’un artiste est infinie et je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin. Chaque jour, un nouveau chantier s’ouvre à moi en étant à la recherche perpétuelle de la sagesse, de ma vérité.

 

 Vous êtes régulièrement au Cameroun, nous aimerions savoir si vous n’avez pas peur comme certains frères de la diaspora du mauvais vent qui souffle sur notre pays au sujet des empoisonnements ? Vidéo de Jeanne Louise, interview canal 2   https://o-trim.co/djw

 

C’est un sujet très délicat qui m’interpelle. J’ai envie de dire que la peur n’empêche pas le danger. Il vaut mieux l’affronter pour en comprendre les raisons et trouver des solutions.

   Non ! Je n’ai pas peur, car j’essaie de mener une vie rangée avec quelques précautions basiques qui sont en adéquation avec mes projets littéraires et surtout mon hygiène de vie. 

Chacun sait pourquoi il va au pays, A chacun ses raisons. 

   Il y a plusieurs manières de tuer quelqu’un. Le poison semble le moyen utilisé au pays peut-être parce que c’est le plus insidieux ; il est pratiquement impossible de connaitre l’auteur de l’empoisonnement sauf enquêtes sérieuses, diligentées par des institutions adéquates. 

   On parle certes beaucoup d’empoisonnement au Cameroun. 

Mais dans tout ça, personne ne nous montre le certificat de décès délivré par le médecin qui accrédite ce fait. Ce serait plus facile pour avoir des preuves. Pour le moment ce sont les réseaux sociaux qui valident ces thèses sans en apporter la preuve sinon pourquoi les concernés ne portent-ils pas plainte pour confondre les accusés ?

 

  Néanmoins et sans pour autant réfuter ce phénomène, je pense que si on peut être empoisonné, on peut aussi s’empoisonner ! 

 

Tenez. Je débarque au 237 après quelques mois d’absence et le jour même, j’ingurgite un plat de Keleng Keleng-Foufou avec un piment obstaclé…Le soir, j’avale un plat de Ndolè pimenté. 

   La nuit a été très agitée. J’ai tout rendu à la nature, par tous les orifices. 

En plus, il y avait coupure de courant, donc coupure d’eau…

 

Je vous laisse imaginer le tableau. 

 

C’est ce qui arrive très souvent à la Diaspora qui, euphorique, se venge sur la nourriture et pas seulement, dès qu’elle débarque au pays. Mais c’est aussi un problème d’eau potable, de la conservation des aliments avec les coupures d’électricité…Un problème de santé publique qui impacte la population locale.

 

   L’intoxication alimentaire existe et peut ébranler notre santé surtout si elle est déjà fragilisée par d’autres pathologies.

 

   Il faut savoir qu’au Cameroun, si vous devenez riche et qu’un membre de votre famille proche décède, même si cette personne a 90 ans, vous serez accusé de l’avoir tuée.

  Il y a beaucoup d’inquisition et il faut toujours se justifier comme si la mort était un évènement inédit.

Le problème est que nous créons un environnement suspicieux et délétère qui ne profite à personne.

 

   Malgré cette peur que vous évoquez à juste titre, les avions ne désemplissent pas. Allez savoir pourquoi. Tous les jours, les camerounais se bousculent dans les aéroports pour aller au pays ! Certes il y a une minorité qui a jeté l’éponge mais ça reste une minorité. Dans la tête et l’imaginaire des camerounais, la réussite se justifie presque toujours par des réalisations au pays. Celui qui est resté à l’étranger ne sera jamais « respecté » au Cameroun s’il n’y a pas au moins creusé un puit ! Il y a cette pression psychologique qui est présente un peu comme une dette que l’on doit rembourser dans un pays qui nous a vu naître et qui est en proie à des problèmes sociétaux extrêmement graves. 

 

 Dites-nous Jeanne Louise Djanga, quelle est la perception des camerounais du terroir vis-à-vis de leurs frères de la diaspora ?  Cette perception est-elle à l’origine des empoissonnements qu’on observe ces dernières années ?

 

   De par mon ressenti et mes recherches en la matière, leur perception vis-à-vis de la diaspora est très mitigée : beaucoup de personnes comptent sur cette Diaspora pour vivre car incontestablement, elle nourrit et soigne des familles entières ; en même temps, ils pointent un doigt inquisiteur sur cette Diaspora, l’accusant de tous les maux, en la maltraitant comme si elle était responsable de la mal gouvernance qu’ils subissent sur place. 

   Les camerounais du terroir ont brisé beaucoup de rêves de ceux de la Diaspora avec de l’argent envoyé pour construire et qui a été dilapidé, de fausses ordonnances, de mensonges criards, et une fois arrivée sur place, elle subit encore de diverses arnaques au quotidien. 

Aujourd’hui, la Diaspora a pris conscience et refuse désormais de s’en laisser conter, la donne change et du coup, on ne parfume plus leur chambre, on ne vient plus les chercher à l’aéroport, on les chasse de la maison familiale, les rumeurs les plus folles circulent désormais…J’en ai comme ça des vertes et des pas mûres. Et la liste n’est pas exhaustive sur les maltraitances physiques et psychologiques subies par la Diaspora. 

 

    Tout commence par le haut avec cette histoire de double nationalité à tête chercheuse. Si nos dirigeants mettent la Diaspora à l’écart, pourquoi les camerounais n’en feraient-ils pas autant ? L’on entend d’ailleurs ceci « Rentrez chez vous, restez là-bas… »

Du coup, la Diaspora se sent flouée et a l’impression qu’elle n’est qu’un porte-monnaie. Rien de plus. 

Maintenant que la Diaspora a ouvert les yeux, qu’elle est beaucoup plus regardante dans l’envoi des euros ou de dollars, qu’elle exige des preuves avant d’envoyer de l’argent et qu’elle se déplace pour vérifier la crédibilité des uns et des autres, les problèmes commencent : Les empoisonnements, l’acharnement, les fake news sur la Diaspora, la diffamation…

   Nos dirigeants doivent d’abord rétablir le statut de la Diaspora, la réhabiliter administrativement et politiquement afin d’amorcer un travail de réconciliation sinon tout ira à vau-l’au. Nous sommes camerounais parce que notre sang le justifie et non un bout de papier que vous signez même parfois à contrecœur pour des raisons plus ou moins économiques ou de pressions psychologiques de diverses théories d’intégration…

 

 Avez-vous essayé de comprendre le phénomène pour donner une explication à la société ?

 

   Je peux tout entendre et comprendre mais je ne me l’explique pas. Ce qui me dérange, c’est le chaos que cela crée dans les familles et les relations entre la Diaspora et les populations locales qui se dégradent de plus en plus au vu et au su de tout le monde et surtout de nos dirigeants qui laissent faire. Un peuple s’éduque et c’est impératif. 

   Comment expliquer ou justifier ce malaise ambiant sinon par des rancœurs ou de la jalousie qui prennent leurs sources dans la souffrance et la précarité de certains restés au pays ? Il y a là une relation de cause à effet. Personne ne quitte son pays de gaîté de cœur, personne ne veut y retourner dans une soute à bagages ! Il y a une souffrance réelle de part et d’autre qui ne peut se résoudre qu’en faisant tabula rasa de tous les à priori sur « l’oxydent  » pardon sur l’occident qui est perçu comme l’eldorado. 

Il revient aussi à la Diaspora de se revoir sa posture une fois au pays. Pourquoi flamber ? Regarder les autres avec condescendance ? Développer ce sentiment de culpabilité ?

Personne n’a la science infuse. Dès l’enfance, il importe de désacraliser le mythe de l’Europe par des lectures d’auteurs africains, la valorisation de notre patrimoine ancestral…

Interview des jumelles Mawasa https://o-trim.co/miz

 

Les camerounais sont-ils en danger lorsqu’ils viennent revoir les familles et amis ?

 

   Je ne serai pas aussi catégorique ! Quel est le mobile du crime ? Comment peut-on tuer ceux qui investissent et même qui sont une manne financière pour des familles entières ? 

Est-ce la jalousie ? Il vaut peut-être mieux leur expliquer la vie en Europe. Mais malheureusement, les Novelas, les documentaires et reportages enjolivent la vie en Europe. Ce n’est pas si facile !

  Il y a aussi la Diaspora qui vient flamber au pays et qui ne tempère pas ses pulsions avec le tourisme sexuel à coups d’euros et qui profitent parfois de la crédulité de jeunes filles à peine pubères et de leur maman qui rêvent du départ de leur enfant en occident, ce qui entraînerait aussi le leur.

Les autorités de notre pays ont leur part de responsabilité : Celles d’offrir des conditions sociales, économiques et administratives aux jeunes afin qu’ils n’envient plus ceux qui s’en vont. 

Avant les années 80, ceux qui partaient en Europe pleuraient. Aujourd’hui, sur 10 jeunes, 8 veulent partir. C’est dommage.

 

   La Diaspora se sent en danger, physiquement par la mort, politiquement étant privée du droit de vote donc du droit à la citoyenneté, et spirituellement étant coupée de ses racines. Ça en fait trop !

Elle n’est pas rassurée. Elle se sent jugée, rejetée méprisée, dévalorisée, chassée de la maison familiale qui était son ancrage social ou alors, elle est sacralisée plus qu’il n’en faut. Il y a trop d’extrêmes…On lui demande d’investir au pays pour justifier des longues années passées dans l’eldorado fictif alors même que la famille l’a épurée par de nombreuses demandes financières. 

 

Ce serait peut-être le thème d’un futur roman ?

 

Certainement. LE CADENAS est le début d’une série, le prochain titre sera LA CLÉ.

Dans le premier, j’ai raconté les faits. Les relations fusionnelles mais aussi conflictuelles avec la Diaspora…Les incompréhensions sociales, voire spirituelles entre ceux qui sont partis et les autres. 

LA CLÉ sera le récit qui je l’espère, mettra tout le monde d’accord…Presque tout le monde. Que chacun fasse son mea culpa, son introspection. Que les politiques aussi prennent le relais en créant un ministère de la diaspora qui prendrait en charge toutes les problématiques surtout celles du retour au pays natal. Pour cela, la Diaspora a besoin de se sentir en sécurité car elle vit dans un environnement où la prise en charge en matière de santé et d’éducation est immédiate. 

   Le Cameroun se construira avec la Diaspora ou ne se construira pas. C’est une valeur ajoutée incontestable. Cette dernière aussi a un devoir envers le pays natal, le pays des ancêtres, afin que le combat de ces derniers ne soient pas vains.

 

 

Les fêtes au Cameroun sont-elles devenues le bal de vampires lorsque dans ces soirées on rencontre des visages des frères ou amis vivant au pays des blancs ?

 

Je ne comprends pas cette métaphore. Vous parlez des fêtes nationales ou des soirées dansantes ? 

Le regard d’un enfant est pur, c’est la société qui la sclérose, qui la segmente.

   Au pays des blancs comme vous dites, on demande à cet enfant de s’intégrer sans tenir compte de son ancestralité. Et ce même enfant entend ses parents parler du pays et envisager d’y retourner un jour ou l’autre. Ce qu’ils ne font presque jamais. Du coup, l’enfant est confronté à une dualité sociétale qui le perturbe et le dénature profondément.

 

 

La semaine dernière une chaine télé faisait un reportage sur un élève de Foumbot âgé de 10 ans, se servant des bonbons, aurait empoisonné 12 de ses camarades.  Son projet visait sa maitresse qui, par chance l’a échappé. Pourrions-nous dire que la pratique des empoissonnements a une relève bien assurée ?

 

   Lorsqu’aux Etats-Unis ou en France, un élève tue tous ses camarades, on ne parle pas de relève. On va chercher les causes profondes. Soit c’est un acte de folie, soit une colère ruminée, une vengeance …La police enquête…Le procureur de la République informe l’opinion publique. On parle de la problématique du port d’armes, de la dépression, du profil psychologique du concerné etc. On fouille même le passé, voire l’enfance de la personne qui commet ce crime.

Pourquoi au Cameroun ce serait un cas qui ferait jurisprudence ?

Le problème au Cameroun est que les enquêtes sont soient inexistantes, soit tues et du coup, cela laisse libre cours à des supputations les plus scabreuses.

À la maison on éduque l’enfant. À l’école, on l’instruit. C’est donc un travail de mutualisation de toutes les composantes sociétales.

   S’en prendre à une enseignante, c’est nier l’autorité. Le respect, l’humilité n’existent plus. Il s’agit de faire des réformes de l’école à la Ferry pour comprendre si elle est toujours en adéquation avec le continent. Nos enfants reçoivent une éducation tournée vers l’extérieur ; il est donc normal qu’ils pensent à partir dès qu’ils le peuvent.

 

         Les camerounais sont-ils en train d’afficher une facette sombre de leur identité macabre ? N’est-ce pas un stigmate qui a été entretenu depuis longtemps avant d’être vulgarisé par les réseaux sociaux ?

 

   La violence est un phénomène mondial. Les meurtres aussi. Les réseaux sociaux ont juste libéré la parole. Je ne sais pas si cette avalanche d’informations est un signe de progrès.

L’identité des camerounais n’a jamais été remise en cause. Nous sommes tous frères et sœurs et c’est l’histoire qui nous le démontre sauf qu’elle n’est pas enseignée dans notre système éducatif. Nous devons savoir d’où nous venons pour savoir où nous allons.

 

   L’homme naît-il méchant ou est-ce la société qui le rend ainsi ? Ce qui est certain, c’est que le camerounais n’est pas plus méchant que les autres, c’est son environnement qui l’est et qui impactent sur ses humeurs et son comportement. Et comme il faut un bouc émissaire, c’est la Diaspora qui en paie les frais.

 

Pour un pays assombri par les maux, avez-vous des conseils à donner à toutes les parties ?

 

   Les conseilleurs ne sont pas les payeurs. D’ailleurs qui écoute encore les conseils ? Tout le monde est coach, influenceurs, lanceurs d’alerte, académiciens etc.

J’ai envie de parler ici d’humilité, de savoir-être, d’éducation des parents et d’instruction scolaire…

J’ai envie de dire : Lisez beaucoup, choisissez avec soin vos émissions de télévision, mangez équilibré et faites du sport…Vous serez dans de bonnes dispositions pour vous aimer et aimer les autres.

   

 C‘est un entretien édifiant, nous vous remercions de contribuer à l’éducation de la société.

 
 

Continue Reading

Trending

0:00
0:00