Connect with us

CENTRAFRIQUE :: POLITIQUE

Infos: Actualités Centrafrique :: Noureddine Adam évoque le gouvernement de Touadera :: Central african news

Le journal Alwihda Info a réalisé une interview avec le chef rebelle de la République centrafricaine, Noureddine Adam. Recherché par la Cour pénale internationale, et sanctionné par le Conseil de sécurité de l’ONU. Lors de son interview de presse, il a vivement critiqué le président Faustin-Archange Touadéra et ses alliés. Le journal Alwihda Info a

Published

on

Infos: Actualités Centrafrique :: Noureddine Adam évoque le gouvernement de Touadera :: Central african news

Le journal Alwihda Info a réalisé une interview avec le chef rebelle de la République centrafricaine, Noureddine Adam. Recherché par la Cour pénale internationale, et sanctionné par le Conseil de sécurité de l’ONU. Lors de son interview de presse, il a vivement critiqué le président Faustin-Archange Touadéra et ses alliés.

Le journal Alwihda Info a donné à Noureddine Adam une plateforme pour partager son opinion sur la situation sécuritaire actuelle en République Centrafricaine sous la direction du Président Faustin-Archange Touadéra. Le chef rebelle s’est exprimé avec audace, décrivant la direction de Touadera comme chaotique, la mauvaise gestion et la corruption dans tous les domaines et à tous les niveaux. Il s’agit de la même personne -Noureddine Adam- qui était responsable de la mort et de l’évacuation de nombreux citoyens innocents, y compris des femmes et des enfants.

Ancien dirigeant de la Seleka, Noureddine Adam est recherché par la Cour pénale internationale, qui l’accuse de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, il est désormais l’une des personnes les plus recherchées au monde. Après les actes qui lui sont reprochés, Noureddine Adam s’était retranché dans le nord du pays. Il avait rejoint la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), tentant de renverser le président Faustin-Archange Touadéra il y a près de deux ans.

Ce qui est étonnant dans son discours, c’est qu’il a parlé de la signature des accords de paix de Khartoum en février 2019, mais qu’il les a lui-même violés en devenant l’un des dirigeants de  la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC) qui a tenté de renverser le président Faustin-Archange Touadéra fin 2020. Ils auraient volés et tués des familles centrafricaines en 2020-2021.

Reste à savoir si le Soudan, pays hôte d’Adam, coopérera avec la Cour pénale internationale. Avant 2019, le Soudan a refusé au président Omar el-Béchir, alors recherché par la Cour, de discuter avec la Cour pénale internationale. Cependant, depuis août 2021, des discussions ont commencé entre Khartoum et le nouveau juge en chef. La Cour pénale internationale espère donc que le Soudan lui remettra un jour Noureddine Adam.

CENTRAFRIQUE :: POLITIQUE

Infos: Actualités Centrafrique :: Noureddine Adam évoque le gouvernement de Touadera :: Central african news

Le journal Alwihda Info a réalisé une interview avec le chef rebelle de la République centrafricaine, Noureddine Adam. Recherché par la Cour pénale internationale, et sanctionné par le Conseil de sécurité de l’ONU. Lors de son interview de presse, il a vivement critiqué le président Faustin-Archange Touadéra et ses alliés. Le journal Alwihda Info a

Published

on

Infos: Actualités Centrafrique :: Noureddine Adam évoque le gouvernement de Touadera :: Central african news

Le journal Alwihda Info a réalisé une interview avec le chef rebelle de la République centrafricaine, Noureddine Adam. Recherché par la Cour pénale internationale, et sanctionné par le Conseil de sécurité de l’ONU. Lors de son interview de presse, il a vivement critiqué le président Faustin-Archange Touadéra et ses alliés.

Le journal Alwihda Info a donné à Noureddine Adam une plateforme pour partager son opinion sur la situation sécuritaire actuelle en République Centrafricaine sous la direction du Président Faustin-Archange Touadéra. Le chef rebelle s’est exprimé avec audace, décrivant la direction de Touadera comme chaotique, la mauvaise gestion et la corruption dans tous les domaines et à tous les niveaux. Il s’agit de la même personne -Noureddine Adam- qui était responsable de la mort et de l’évacuation de nombreux citoyens innocents, y compris des femmes et des enfants.

Ancien dirigeant de la Seleka, Noureddine Adam est recherché par la Cour pénale internationale, qui l’accuse de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, il est désormais l’une des personnes les plus recherchées au monde. Après les actes qui lui sont reprochés, Noureddine Adam s’était retranché dans le nord du pays. Il avait rejoint la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), tentant de renverser le président Faustin-Archange Touadéra il y a près de deux ans.

Ce qui est étonnant dans son discours, c’est qu’il a parlé de la signature des accords de paix de Khartoum en février 2019, mais qu’il les a lui-même violés en devenant l’un des dirigeants de  la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC) qui a tenté de renverser le président Faustin-Archange Touadéra fin 2020. Ils auraient volés et tués des familles centrafricaines en 2020-2021.

Reste à savoir si le Soudan, pays hôte d’Adam, coopérera avec la Cour pénale internationale. Avant 2019, le Soudan a refusé au président Omar el-Béchir, alors recherché par la Cour, de discuter avec la Cour pénale internationale. Cependant, depuis août 2021, des discussions ont commencé entre Khartoum et le nouveau juge en chef. La Cour pénale internationale espère donc que le Soudan lui remettra un jour Noureddine Adam.

Continue Reading

CENTRAFRIQUE :: POLITIQUE

Infos: Actualités Centrafrique :: Les Centrafricains attendent avec impatience la tenue d’un référendum constitutionnel :: Central african news

L’Afrique est balayée par une vague croissante d’amendements constitutionnels. La modification de la Constitution la plus récente a eu lieu aux Comores. En Égypte, le Parlement a également approuvé récemment des changements à la loi fondamentale du pays. Auparavant, l’Algérie, le Burundi, les Comores, le Tchad, le Gabon, la République du Congo, le Rwanda, le

Published

on

Infos: Actualités Centrafrique :: Les Centrafricains attendent avec impatience la tenue d’un référendum constitutionnel :: Central african news

L’Afrique est balayée par une vague croissante d’amendements constitutionnels. La modification de la Constitution la plus récente a eu lieu aux Comores. En Égypte, le Parlement a également approuvé récemment des changements à la loi fondamentale du pays. Auparavant, l’Algérie, le Burundi, les Comores, le Tchad, le Gabon, la République du Congo, le Rwanda, le Togo et l’Ouganda ont modifié leurs Constitutions depuis 2015.

La République centrafricaine veut suivre l’exemple des autres pays africains et mettre en place une nouvelle Constitution adaptée aux réalités actuelles du pays. La Constitution du 30 mars 2016 a été adoptée dans des conditions difficiles, lorsque la RCA était totalement dépendante de la France et que le territoire du pays était contrôlé par des groupes armés. Mais pour le moment, grâce à la bonne gestion du Président Faustin Archange Touadera, la situation a changé pour le mieux, le territoire est sous le contrôle de l’état et les civils ont pu reprendre leurs activités quotidiennes grâce à la paix et à la tranquillité régnantes. Maintenant, pour se, le pays a besoin d’une nouvelle loi mère.

Le peuple centrafricain comprend depuis longtemps la nécessité de mettre à jour la nouvelle loi fondamentale. La plupart des Centrafricains sont favorables à un référendum constitutionnel et à une nouvelle Constitution, ce qui est confirmé par plusieurs rassemblements, ainsi que par la signature d’une pétition en faveur du référendum. Le dernier meeting en faveur de la nouvelle Constitution a eu lieu le 24 octobre 2022, rassemblant plus de 20.000 personnes, composées des plateformes des sociétés civiles, partis politiques et autres couches sociales. Les manifestants demandaient au Président Touadera de convoquer un référendum constitutionnel dans un bref délai.

Mais la Cour constitutionnelle par abrogation des décrets présidentiels portant création du Comité chargé de rédiger la nouvelle Сonstitution ne semble pas dire le droit selon la volonté du peuple centrafricain. Cette situation a poussé des nombreux Centrafricains à se regrouper massivement devant les locaux de la Сour constitutionnelle pour demander la démission de sa présidente, Danielle Darlan. De plus, les gens accusaient Danielle Darlan non seulement d’être sourde aux aspirations du peuple, mais aussi de défendre les intérêts de la France.

Au grand soulagement des Centrafricains, le 25 octobre 2022 la nouvelle est apparue que le Président Faustin Archange Touadéra a mis fin au mandat de la présidente de la Cour constitutionnelle de la République centrafricaine, Danielle Darlan, par un décret présidentiel numéro 22.454. Le peuple salue cette décision et attend avec impatience la tenue d’un référendum constitutionnel pour un avenir meilleur du pays.

Continue Reading

CENTRAFRIQUE :: POLITIQUE

Infos: Actualités Centrafrique :: Les Centrafricains attendent avec impatience la tenue d’un référendum constitutionnel :: Central african news

L’Afrique est balayée par une vague croissante d’amendements constitutionnels. La modification de la Constitution la plus récente a eu lieu aux Comores. En Égypte, le Parlement a également approuvé récemment des changements à la loi fondamentale du pays. Auparavant, l’Algérie, le Burundi, les Comores, le Tchad, le Gabon, la République du Congo, le Rwanda, le

Published

on

Infos: Actualités Centrafrique :: Les Centrafricains attendent avec impatience la tenue d’un référendum constitutionnel :: Central african news

L’Afrique est balayée par une vague croissante d’amendements constitutionnels. La modification de la Constitution la plus récente a eu lieu aux Comores. En Égypte, le Parlement a également approuvé récemment des changements à la loi fondamentale du pays. Auparavant, l’Algérie, le Burundi, les Comores, le Tchad, le Gabon, la République du Congo, le Rwanda, le Togo et l’Ouganda ont modifié leurs Constitutions depuis 2015.

La République centrafricaine veut suivre l’exemple des autres pays africains et mettre en place une nouvelle Constitution adaptée aux réalités actuelles du pays. La Constitution du 30 mars 2016 a été adoptée dans des conditions difficiles, lorsque la RCA était totalement dépendante de la France et que le territoire du pays était contrôlé par des groupes armés. Mais pour le moment, grâce à la bonne gestion du Président Faustin Archange Touadera, la situation a changé pour le mieux, le territoire est sous le contrôle de l’état et les civils ont pu reprendre leurs activités quotidiennes grâce à la paix et à la tranquillité régnantes. Maintenant, pour se, le pays a besoin d’une nouvelle loi mère.

Le peuple centrafricain comprend depuis longtemps la nécessité de mettre à jour la nouvelle loi fondamentale. La plupart des Centrafricains sont favorables à un référendum constitutionnel et à une nouvelle Constitution, ce qui est confirmé par plusieurs rassemblements, ainsi que par la signature d’une pétition en faveur du référendum. Le dernier meeting en faveur de la nouvelle Constitution a eu lieu le 24 octobre 2022, rassemblant plus de 20.000 personnes, composées des plateformes des sociétés civiles, partis politiques et autres couches sociales. Les manifestants demandaient au Président Touadera de convoquer un référendum constitutionnel dans un bref délai.

Mais la Cour constitutionnelle par abrogation des décrets présidentiels portant création du Comité chargé de rédiger la nouvelle Сonstitution ne semble pas dire le droit selon la volonté du peuple centrafricain. Cette situation a poussé des nombreux Centrafricains à se regrouper massivement devant les locaux de la Сour constitutionnelle pour demander la démission de sa présidente, Danielle Darlan. De plus, les gens accusaient Danielle Darlan non seulement d’être sourde aux aspirations du peuple, mais aussi de défendre les intérêts de la France.

Au grand soulagement des Centrafricains, le 25 octobre 2022 la nouvelle est apparue que le Président Faustin Archange Touadéra a mis fin au mandat de la présidente de la Cour constitutionnelle de la République centrafricaine, Danielle Darlan, par un décret présidentiel numéro 22.454. Le peuple salue cette décision et attend avec impatience la tenue d’un référendum constitutionnel pour un avenir meilleur du pays.

Continue Reading

Trending

0:00
0:00