Connect with us

AFRIQUE :: POLITIQUE

Infos: Actualités Afrique :: TOURNEE AFRICAINE MINISTRE DE L’INTERIEUR FRANÇAIS:Qu’est-ce qui fait courir les officiels français? :: Africa news

Après Alger où il a séjourné en parallèle avec la cheffe de la diplomatie française, Catherine Colonna qui était à Rabat au Maroc, le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, est arrivé le 20 décembre 2022, à Dakar au Sénégal. Qu’est-ce qui fait courir les officiels français en Afrique ?   Telle est la question

Published

on

Infos: Actualités Afrique :: TOURNEE AFRICAINE MINISTRE DE L’INTERIEUR FRANÇAIS:Qu’est-ce qui fait courir les officiels français? :: Africa news

Après Alger où il a séjourné en parallèle avec la cheffe de la diplomatie française, Catherine Colonna qui était à Rabat au Maroc, le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, est arrivé le 20 décembre 2022, à Dakar au Sénégal.

Qu’est-ce qui fait courir les officiels français en Afrique ?  

Telle est la question que l’on pourrait se poser face au ballet incessant français sur le continent. Officiellement, la visite du ministre Darmanin au pays de la Teranga, intervient dans le prolongement d’un séminaire intergouvernemental franco-français qui s’est tenu début décembre en France avec une vingtaine de ministres des deux pays.

A l’ordre du jour des échanges qu’il aura avec son homologue sénégalais, Amadou Ba, sont inscrites les questions migratoires et sécuritaires. En ce qui concerne la problématique de la gestion du flux migratoire entre le Sénégal et la France, l’enjeu est non seulement de travailler sur la coopération entre les deux Etats pour les expulsions des ressortissants en situation irrégulière, notamment les dealers de crack, mais aussi de faciliter l’immigration de « certaines catégories, notamment les professionnels et les jeunes actifs ».

Cette cour assidue à l’Afrique n’est pas étrangère au conflit russo-ukrainien

Sur le volet de la sécurité, Darmanin et Ba évoqueront la poursuite du soutien aux policiers sénégalais via leur formation, y compris en matière de lutte contre la cybercriminalité dans un contexte caractérisé par l’augmentation de la menace terroriste. Toujours dans le domaine de la sécurité, il sera abordé la question de la lutte contre le trafic de stupéfiants qui est en nette augmentation, avec pour objectif de développer le partage d’informations entre les deux pays. Enfin, dernier axe de cette coopération sécuritaire, il sera question de définir la façon dont la France contribuera à la sécurisation des Jeux olympiques de la jeunesse qui se dérouleront dans la capitale sénégalaise en 2026. Mais au-delà de ce programme officiel, il y a, à travers cette visite du ministre de l’Intérieur français, un agenda caché.

En effet, ce voyage à Dakar, tout comme les autres déplacements d’officiels français en Afrique, est à inscrire dans la droite ligne de l’appel lancé par le président français, Emmanuel Macron, aux diplomates français, à plus d’offensive en Afrique avec en ligne de mire, de contrecarrer les avancées russe et chinoise sur le continent. C’est sans doute dans la dynamique de cette nouvelle opération de charme que s’inscrit la levée des restrictions sur les visas pour l’Algérie, la Tunisie et le Maroc, annoncée par Darmanin lors de son voyage au Maghreb. Cette cour assidue à l’Afrique n’est pas étrangère au conflit russo-ukrainien qui a montré toutes les faiblesses des économies européennes en général et française en particulier. En effet, on le sait, l’Europe dépend fortement, sur le plan énergétique, des hydrocarbures russes.

Le continent noir doit saisir cette nouvelle ruée des grandes puissances, comme une nouvelle opportunité

La fermeture du robinet par Vladimir Poutine, oblige les Occidentaux à rechercher de nouveaux partenaires économiques ailleurs sous peine d’assister, impuissants, à l’effondrement de leurs économies avec immanquablement de graves conséquences sociales. Mais la question que l’on peut se poser est la suivante : la France ne se réveille-t-elle pas trop tard ?  Tout laisse à croire, en effet, qu’elle est aujourd’hui largement devancée par ses concurrents chinois et russe qui ont l’avantage de ne pas être handicapés par le lourd passé colonial que traîne la France comme un boulet avec les liens néocoloniaux que dénoncent aujourd’hui les opinions publiques africaines. S’il y a bien quelque chose qui est partagé en Afrique aujourd’hui, c’est le sentiment anti-français. Mais ce qui fait le plus l’attrait des Africains pour les Russes et les Chinois, c’est sans doute le fait que leur offre de coopération n’est pas assujettie à des conditionnalités.

En tout état de cause, l’on peut dire que la mission de Darmanin ressemble à une bataille titanesque, tant il parait aujourd’hui évident que la France a déjà quasiment perdu l’Afrique. Cela dit, le continent noir doit saisir cette nouvelle ruée des grandes puissances sur le continent, comme une nouvelle opportunité pour amorcer son envol économique et pour se faire une nouvelle place sur la scène mondiale où, jusque-là, sa voix est très faiblement audible. Et pour saisir cette opportunité, il faut d’abord des dirigeants décomplexés qui puissent défendre les intérêts de leurs peuples respectifs. Il faut aussi et surtout, pour les Africains, aller à la rencontre du monde extérieur, notamment occidental, avec des projets structurants et cela, non plus en tendant la sébile, mais dans une dynamique de partenariat gagnant-gagnant.

Il serait dommage que l’Afrique manque ce rendez-vous en s’enfermant dans un souverainisme de mauvais aloi qui consiste à faire le dos rond au monde occidental en général et à la France en particulier. 

Et c’est en cela que l’on peut déjà saluer la posture du Sénégal qui, tout en gardant de bonnes relations avec l’ancienne métropole coloniale, a ouvert son économie au monde asiatique, particulièrement à la Turquie et à la Chine.

L’on peut cependant regretter, au regard de l’ordre du jour de la visite du ministre français, que les vraies priorités de développement du Sénégal ne semblent pas être celles de la France qui, visiblement, est plus préoccupée par sa toilette intérieure qui lui permettra de se débarrasser des parasites et autres indésirables fournis par l’immigration.   

AFRIQUE :: POLITIQUE

Infos: Actualités Afrique :: La Russie et l’Afrique envisagent bannir le dollar et l’euro sur leurs échanges commerciaux. :: Africa news

La Russie et certains pays africains envisagent abandonner le dollar et l’euro dans leurs échanges commerciaux. Grâce à la Russie, plusieurs pays à travers le monde ont compris le jeu des américains et des occidentaux. L’empire russe tient bon face aux sanctions illégales de l’OTAN parce que le Président Poutine avait vu venir ce piège

Published

on

Infos: Actualités Afrique :: La Russie et l’Afrique envisagent bannir le dollar et l’euro sur leurs échanges commerciaux. :: Africa news

La Russie et certains pays africains envisagent abandonner le dollar et l’euro dans leurs échanges commerciaux. Grâce à la Russie, plusieurs pays à travers le monde ont compris le jeu des américains et des occidentaux. L’empire russe tient bon face aux sanctions illégales de l’OTAN parce que le Président Poutine avait vu venir ce piège, le kremlin avait déjà développé plusieurs mécanismes qui permettent aujourd’hui  à la Russie  d’être plus forte et de tenir tête. La devise des échanges commerciaux était basée sur le dollar pour la quasi-totalité des pays du monde et pour les africains, c’est l’Euro.

Certains pays africains s’orientent déjà vers l’utilisation des devises nationales pour les règlements de leurs échanges commerciaux avec la Russie, ce qui va engendrer la parité dans les échanges.  Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov a annoncé le mercredi 18 janvier 2023 l’élaboration d’un plan de travail dans ce sens.

« Comme vous le savez, nous prévoyons un deuxième sommet Russie-Afrique cette année […] et nous préparons une série d’événements à cette occasion. Des documents sont en cours d’élaboration pour reconfigurer les mécanismes d’interaction face aux sanctions, et nous créerons de nouveaux outils pour la coopération en matière de commerce, d’investissement, des chaînes d’approvisionnement et de paiements », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse sur le bilan des activités de la diplomatie russe en 2022. Et d’ajouter : « Il y a une transition vers les règlements en monnaies nationales. Ce processus n’est pas rapide, mais il est en cours et il prend de l’ampleur ». l’Afrique saurait-elle cette fois tirer son épingle du jeu grâce à la Russie ?
Par TMP.

Continue Reading

AFRIQUE :: POLITIQUE

Infos: Actualités Afrique :: La Russie et l’Afrique envisagent bannir le dollar et l’euro sur leurs échanges commerciaux. :: Africa news

La Russie et certains pays africains envisagent abandonner le dollar et l’euro dans leurs échanges commerciaux. Grâce à la Russie, plusieurs pays à travers le monde ont compris le jeu des américains et des occidentaux. L’empire russe tient bon face aux sanctions illégales de l’OTAN parce que le Président Poutine avait vu venir ce piège

Published

on

Infos: Actualités Afrique :: La Russie et l’Afrique envisagent bannir le dollar et l’euro sur leurs échanges commerciaux. :: Africa news

La Russie et certains pays africains envisagent abandonner le dollar et l’euro dans leurs échanges commerciaux. Grâce à la Russie, plusieurs pays à travers le monde ont compris le jeu des américains et des occidentaux. L’empire russe tient bon face aux sanctions illégales de l’OTAN parce que le Président Poutine avait vu venir ce piège, le kremlin avait déjà développé plusieurs mécanismes qui permettent aujourd’hui  à la Russie  d’être plus forte et de tenir tête. La devise des échanges commerciaux était basée sur le dollar pour la quasi-totalité des pays du monde et pour les africains, c’est l’Euro.

Certains pays africains s’orientent déjà vers l’utilisation des devises nationales pour les règlements de leurs échanges commerciaux avec la Russie, ce qui va engendrer la parité dans les échanges.  Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov a annoncé le mercredi 18 janvier 2023 l’élaboration d’un plan de travail dans ce sens.

« Comme vous le savez, nous prévoyons un deuxième sommet Russie-Afrique cette année […] et nous préparons une série d’événements à cette occasion. Des documents sont en cours d’élaboration pour reconfigurer les mécanismes d’interaction face aux sanctions, et nous créerons de nouveaux outils pour la coopération en matière de commerce, d’investissement, des chaînes d’approvisionnement et de paiements », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse sur le bilan des activités de la diplomatie russe en 2022. Et d’ajouter : « Il y a une transition vers les règlements en monnaies nationales. Ce processus n’est pas rapide, mais il est en cours et il prend de l’ampleur ». l’Afrique saurait-elle cette fois tirer son épingle du jeu grâce à la Russie ?
Par TMP.

Continue Reading

AFRIQUE :: POLITIQUE

Infos: Actualités Afrique :: Ces pays qui bloquent les engrais russes destinés aux pays africains :: Africa news

La Lettonie, l’Estonie et la Belgique bloquent les engrais russes dans leurs ports, a fait savoir l’ambassadeur russe en Turquie. Seulement une partie des engrais a été envoyée au Malawi, souligne-t-il. La livraison des engrais russes vers les pays pauvres traîne, constate Alexeï Yerkhov, ambassadeur de la Russie en Turquie. « Il y a même des

Published

on

Infos: Actualités Afrique :: Ces pays qui bloquent les engrais russes destinés aux pays africains :: Africa news

La Lettonie, l’Estonie et la Belgique bloquent les engrais russes dans leurs ports, a fait savoir l’ambassadeur russe en Turquie. Seulement une partie des engrais a été envoyée au Malawi, souligne-t-il.

La livraison des engrais russes vers les pays pauvres traîne, constate Alexeï Yerkhov, ambassadeur de la Russie en Turquie.

« Il y a même des retards dans le transfert des engrais russes vers les pays pauvres […]. La Lettonie, l’Estonie et la Belgique gardent nos produits dans leurs ports », a-t-il déclaré dans une interview au quotidien turc Yeni Safak.

Seulement une petite partie des cargaisons a été envoyée au Malawi, a-t-il ajouté. Cette livraison a été effectuée dans le cadre de l’initiative russe pour livrer les engrais bloqués aux pays africains à titre gracieux. Fin novembre 2022, une cargaison de 20 000 tonnes a quitté les Pays-Bas pour le Malawi. Fin décembre, le navire transportant les produits agricoles est entré dans le port mozambicain de Beira, le Malawi n’ayant pas d’accès à la mer.

Engrais pour le Nigeria et le Kenya coincés en Lettonie

Malgré le fait que l’accord céréalier conclu en juillet 2022 prévoyait le déblocage des exportations alimentaires et des engrais russes, Moscou a à plusieurs reprises indiqué que cette partie des ententes n’a jamais été respectée, malgré les assurances de l’ONU.

Fin décembre, Uralchem, producteur russe d’engrais, a fait savoir que près de 200 000 tonnes de ses produits restent bloquées dans un port letton. Ces engrais étaient destinés au Nigeria et au Kenya.

Continue Reading

Trending

0:00
0:00