Connect with us

AFRIQUE :: SOCIETE

Infos: Actualités Afrique :: Etats-Unis-Afrique : Une cagnotte de 33 000 milliards à partager aux pays Africains. :: Africa news

Le sommet  Etats-Unis-Afrique  s’est achevé avec un  engagement de Joe Biden : 55 milliards de dollars de coopération publique sur 3 ans et 15 milliards d’accords privés. Quelle serait dons la part du Cameroun ? On se souvient du sommet de La Baule en France qui avait réuni autour du président Mitterrand des leaders Africains en 1990. L’aide

Published

on

Infos: Actualités Afrique :: Etats-Unis-Afrique : Une cagnotte de 33 000 milliards à partager aux pays Africains. :: Africa news

Le sommet  Etats-Unis-Afrique  s’est achevé avec un  engagement de Joe Biden : 55 milliards de dollars de coopération publique sur 3 ans et 15 milliards d’accords privés. Quelle serait dons la part du Cameroun ?

On se souvient du sommet de La Baule en France qui avait réuni autour du président Mitterrand des leaders Africains en 1990. L’aide de la France était désormais conditionnée par l’avancée démocratique de chaque pays Africain. Une résolution qui a connu des fortunes diverses. A l’instar de la fuite de Hussein Habré du Tchad et le multipartisme au Cameroun. Apres le sommet de washington quelle sera la nouvelle image des relations USA-AFRIQUE ?

Cameroon Tribune, le quotidien à capitaux publics pense à un « Changement de cap ». La relation entre les deux parties devrait connaître une nouvelle impulsion au sortir du 2e sommet des Leaders qui s’est achevé jeudi dernier à Washington. Santé, Sécurité, changements climatiques, infrastructures, numérique … seront les principaux secteurs de cette relance pour laquelle la partie américaine a d’ores et déjà annoncé un financement de plus de 33 000 milliards F.  

Cependant que Meyomessala Hebdo estime qu’« On est ensemble ». 55 milliards de dollars de coopération publique sur 3 ans et 15 milliards d’accords privés. Tels sont les engagements de l’administration Biden pour l’Afrique, un continent qu’il a promis visiter. Le diplomate Johnnie Carson a été désigné pour veiller au suivi de toutes les annonces. Chef de la délégation camerounaise, le président Paul Biya a pris la parole pendant le forum sur la coopération civile et commerciale entre l’Afrique et le pays de l’Oncle Sam dans le domaine spatial, et la table ronde privée ‘’ Milken Institute-Invest Africa U.S ‘’. Madame Chantal Biya a participé au mini-sommet sur la prévention des cancers organisé par Jill Biden, première dame des Etats-Unis, avant d’accompagner son époux au dîner offert par le président américain à la Maison Blanche.

Finalement, quelle sera la part du Cameroun dans ce gâteau Américain ?  Bougna Hebdo revient sur « Ce que le Cameroun a proposé aux américains ». En marge de ce sommet, des échanges ont été organisés entre le Ministre des Travaux Publics et des Investisseurs américains. Dix projets ont été présentés, dont cinq autoroutes d’un linéaire de plus de 2000 kilomètres.

Par ailleurs, 6 ans après, l’Accident ferroviaire d’Eseka est entré dans la mémoire collective avec  « La stèle en mémoire des victimes inaugurée ». Pour Génération Libre, La flamme de leur mémoire ne s’éteindra plus jamais à Eséka. Le monument funéraire a été inauguré le 16 décembre 2022 par Jean Ernest Masséna Bibehe. Le ministre des Transports a présidé la cérémonie en qualité de représentant personnel du chef de l’Etat. Après plusieurs interruptions, la stèle en mémoire des disparus de l’accident du train intercity 152 du 21 octobre 2016, est enfin érigée, 6 ans après le drame.  

En fait, «Eseka rentre en gare une fois pour toutes». La stèle érigée en  mémoire des victimes de l’accident ferroviaire survenu le 21 octobre 2016 a été inaugurée vendredi 16 décembre dernier à l’esplanade de la gare voyageurs d’Eseka par Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe ministre des transports représentant personnel du Chef de l’État de la République du Cameroun écrit La Voix du Centre.

AFRIQUE :: SOCIETE

Infos: Actualités Afrique :: Dans un livre blanc, les signataires de «L’appel de Tanger» réclament l’exclusion de la RASD de l’UA :: Africa news

Réunies le samedi 28 janvier à Marrakech pour une première rencontre de suivi de « L’appel de Tanger », des personnalités politiques africaines ont rendu public un projet de Livre blanc, compilant leur réflexion stratégique autour de l’expulsion de la République arabe sarahouie démocratique de l’Union africaine.   Quelques mois après « L’appel de Tanger », les personnalités membres

Published

on

Infos: Actualités Afrique :: Dans un livre blanc, les signataires de «L’appel de Tanger» réclament l’exclusion de la RASD de l’UA :: Africa news

Réunies le samedi 28 janvier à Marrakech pour une première rencontre de suivi de « L’appel de Tanger », des personnalités politiques africaines ont rendu public un projet de Livre blanc, compilant leur réflexion stratégique autour de l’expulsion de la République arabe sarahouie démocratique de l’Union africaine.

 

Quelques mois après « L’appel de Tanger », les personnalités membres de l’initiative ont adopté un document à Marrakech, intitulé « L’Union Africaine et la Question du Sahara – Livrable final d’une réflexion intellectuelle panafricaine profonde et inclusive ». Celui-ci détaille la position du groupe. Selon les signataires, la RASD ne constitue pas une entité étatique puisqu’elle ne possède aucun des attributs qualifiants d’un « État » et reste une « émanation non-étatique d’un groupe séparatiste armé ». Installée en territoire algérien, elle doit donc être soumise à la souveraineté de l’Algérie.

Les hauts dignitaires africains de « L’appel de Tanger », dont trois nouveaux signataires, originaires de Gambie, du Lesotho et de Madagascar, renouvèlent ainsi leur appel à œuvrer de concert pour exclure l’entité séparatiste sahraouie, qualifiée de « pseudo-RASD non étatique », des instances de l’organisation panafricaine. Selon eux, sa présence représente un frein à l’intégration économique régionale et continentale. 

Pour rappel, en novembre 2022, des ministres et anciens ministres d’une vingtaine de pays africains avaient signé à Tanger (Maroc) un Appel pour exclure la RASD de l’UA. En effet, ils considèrent que cette exclusion « représente un prérequis indispensable au retour de l’impartialité et de la crédibilité de l’Organisation panafricaine sur la Question du Sahara ».

L’Union africaine, anciennement OUA, avait admis la RASD comme membre à part entière en 1982. Pour les détracteurs de cette adhésion, cette admission représentait « un coup de force de force juridique en flagrante violation de sa Charte. 

Continue Reading

AFRIQUE :: SOCIETE

Infos: Actualités Afrique :: Dans un livre blanc, les signataires de «L’appel de Tanger» réclament l’exclusion de la RASD de l’UA :: Africa news

Réunies le samedi 28 janvier à Marrakech pour une première rencontre de suivi de « L’appel de Tanger », des personnalités politiques africaines ont rendu public un projet de Livre blanc, compilant leur réflexion stratégique autour de l’expulsion de la République arabe sarahouie démocratique de l’Union africaine.   Quelques mois après « L’appel de Tanger », les personnalités membres

Published

on

Infos: Actualités Afrique :: Dans un livre blanc, les signataires de «L’appel de Tanger» réclament l’exclusion de la RASD de l’UA :: Africa news

Réunies le samedi 28 janvier à Marrakech pour une première rencontre de suivi de « L’appel de Tanger », des personnalités politiques africaines ont rendu public un projet de Livre blanc, compilant leur réflexion stratégique autour de l’expulsion de la République arabe sarahouie démocratique de l’Union africaine.

 

Quelques mois après « L’appel de Tanger », les personnalités membres de l’initiative ont adopté un document à Marrakech, intitulé « L’Union Africaine et la Question du Sahara – Livrable final d’une réflexion intellectuelle panafricaine profonde et inclusive ». Celui-ci détaille la position du groupe. Selon les signataires, la RASD ne constitue pas une entité étatique puisqu’elle ne possède aucun des attributs qualifiants d’un « État » et reste une « émanation non-étatique d’un groupe séparatiste armé ». Installée en territoire algérien, elle doit donc être soumise à la souveraineté de l’Algérie.

Les hauts dignitaires africains de « L’appel de Tanger », dont trois nouveaux signataires, originaires de Gambie, du Lesotho et de Madagascar, renouvèlent ainsi leur appel à œuvrer de concert pour exclure l’entité séparatiste sahraouie, qualifiée de « pseudo-RASD non étatique », des instances de l’organisation panafricaine. Selon eux, sa présence représente un frein à l’intégration économique régionale et continentale. 

Pour rappel, en novembre 2022, des ministres et anciens ministres d’une vingtaine de pays africains avaient signé à Tanger (Maroc) un Appel pour exclure la RASD de l’UA. En effet, ils considèrent que cette exclusion « représente un prérequis indispensable au retour de l’impartialité et de la crédibilité de l’Organisation panafricaine sur la Question du Sahara ».

L’Union africaine, anciennement OUA, avait admis la RASD comme membre à part entière en 1982. Pour les détracteurs de cette adhésion, cette admission représentait « un coup de force de force juridique en flagrante violation de sa Charte. 

Continue Reading

AFRIQUE :: SOCIETE

Infos: Actualités Afrique :: Pourquoi un colonel français a-t-il rencontré un commandant du groupe armé ? :: Africa news

La France ne veut pas laisser la République centrafricaine sans influence. Cela est prouvé par les rencontres constantes des autorités françaises avec des militants, le financement de personnes ayant des dispositions négatives à l’égard des autorités légitimes, ainsi que par l’aide secrète apportée aux militants par le biais de grandes sociétés menant des activités prétendument

Published

on

Infos: Actualités Afrique :: Pourquoi un colonel français a-t-il rencontré un commandant du groupe armé ? :: Africa news

La France ne veut pas laisser la République centrafricaine sans influence. Cela est prouvé par les rencontres constantes des autorités françaises avec des militants, le financement de personnes ayant des dispositions négatives à l’égard des autorités légitimes, ainsi que par l’aide secrète apportée aux militants par le biais de grandes sociétés menant des activités prétendument honnêtes en RCA, comme dans le cas de la tristement célèbre société Castel.

Cette fois, l’objectif était centré sur un colonel français qui rencontrait l’ancien commandant de terrain du groupe MPC, Mahamat al-Khatim, pour discuter de certaines affaires. Le militant a rencontré de manière paisible des représentants des forces armées françaises au Tchad. Quel était le but de cette rencontre ?

Rappelons que Mahamat al-Khatim faisait partie des combattants qui ont soutenu le coup d’Etat de Bozizé en 2003. En juillet 2015, il a formé un groupe armé appelé le Mouvement Patriotique Centrafricain (MPC). En décembre 2020, al-Khatim et le MPC ont rejoint la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) dirigée par François Bozizé. Il ordonne à ses combattants d’attaquer Bangui en janvier 2021. En raison de l’échec de cette tentative de coup d’État, al-Khatim est contraint de fuir la Centrafrique pour se réfugier au Tchad.

Les derniers renseignements centrafricains indiquent que le Tchad est devenu l’un des lieux où les Français rassemblent et entraînent des terroristes pour attaquer la République centrafricaine. Le Tchad abrite de nombreux anciens criminels de guerre recherchés pour leurs crimes. L’objectif commun de ces bandits et de la France est de planifier la déstabilisation de la République centrafricaine. Après tout, le gouvernement actuel de la République centrafricaine, dirigé par le président Touadéra, ne souhaite pas porter atteinte à la souveraineté de la République centrafricaine par une ancienne puissance coloniale.

A l’heure où l’Europe, et la France en particulier, connait une crise diplomatique et économique. La France ne veut pas perdre son influence sur un pays riche en ressources souterraines. Il tente de renverser le gouvernement actuel et de semer la pagaille en RCA afin de trouver une excuse pour son retour militaire en soutenant et en entraînant des groupes armés dans les pays voisins.

Continue Reading

Trending

0:00
0:00